BMC propose :

La BMC vous propose deux romans d’anticipation qui nous présente différemment le futur d’une humanité où notre liberté est annihilée. 1984 de Georges Orwell et Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

 

1984

1984Un récit de science-fiction à la troisième personne. L’histoire est censée se dérouler en 1984. Le récit comporte 3 grandes parties.

La première composée de 8 chapitres qui dépeignent un monde totalitaire où un parti unique contrôle tout, y compris les pensées et les émotions de chacun. Le portrait de Big Brother, chef du parti est affiché partout et des écrans de télévisions géants, omniprésents servent à la propagande du parti et à surveiller la population. Cette première partie du livre marque le début de la révolte intérieure de Winston Smith.

La deuxième partie raconte son idylle avec Julia. Dans un pays où le sexe sert à la production des futurs membres du parti, cet amour devient un acte politique de révolte. La troisième partie raconte la rééducation de Winston après son emprisonnement au ministère de l’Amour. Il est rééduqué par son ancien ami O’Brien, devenu son tortionnaire, grâce à une thérapie en trois étapes : leçon, compréhension, acceptation[i].

 

Le meilleur des mondes

Le Meilleur des mondes« Aujourd'hui, devait écrire l'auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique. »

Bienvenue au Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central. À gauche, les couveuses où l'homme moderne, artificiellement fécondé, attend de rejoindre une société parfaite. À droite : la salle de conditionnement où chaque enfant subit les stimuli qui plus tard feront son bonheur. Tel fœtus sera Alpha – l'élite – tel autre Epsilon – caste inférieure. Miracle technologique : ici commence un monde parfait, biologiquement programmé pour la stabilité éternelle... La visite est à peine terminée que déjà certains ricanent. Se pourrait-il qu'avant l'avènement de l'État Mondial, l'être humain ait été issu d'un père et d'une mère ? Incroyable, dégoûtant... mais vrai. Dans une réserve du Nouveau Mexique, un homme Sauvage a échappé au programme. Bientôt, il devra choisir : intégrer cette nouvelle condition humaine ou persister dans sa démence..[ii]

Dans Orwell face à Huxley, 1984 & Le meilleur des mondes, un article de Romain Brethes, nous retrouvons ce commentaire de Neil Postman.

« Orwell craignait ceux qui interdiraient les livres. Huxley redoutait qu'il n'y ait même plus besoin d'interdire les livres, car plus personne n'aurait envie d'en lire. Orwell craignait ceux qui nous priveraient de l'information. Huxley redoutait qu'on ne nous en abreuve au point que nous soyons réduits à la passivité et à l'égoïsme. Orwell craignait qu'on ne nous cache la vérité. Huxley redoutait que la vérité ne soit noyée dans un océan d'insignifiance. » Avant de conclure, glaçant : « Orwell craignait que ce que nous haïssons nous détruise ; Huxley redoutait que cette destruction nous vienne plutôt de ce que nous aimons. »[iii] 

 

[i] Source: La Culture Général en livres, Auteurs du XXème siècle.

[ii] Source: Babelio.com

[iii] Neil Postman dans « Amusing Ourselves to Death » cité par Romain Brethes dans un article de Le Point publié le 26/10/2018.

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com